Mon avis sur le casque de réalité augmentée Microsoft Hololens

Microsoft Hololens avis

Comme les plus geek d’entre vous le savent déjà, Microsoft a dévoilé un casque non pas à de réalité virtuelle, mais de réalité augmentée. Il porte le nom de Hololens, et il nous permet de découvrir des hologrammes. On ne s’enferme plus dans un monde complètement virtuel, mais on ajoute des éléments au monde réel qui nous entoure.

J’ai eu la chance de pouvoir poser ce casque sur ma tête pendant quelques minutes et voici mes impressions. Il faut préciser immédiatement qu’il s’agit d’une version pour développeur, mais qu’on peut tout de même passer commande sur le site fabricant. La date de sortie de la version finale pour le grand public n’est pas encore connue.

Présentation du casque Microsoft Hololens

La première chose, réellement agréable lorsqu’on connaît l’Oculus Rift ou le HTC Vive, c’est qu’avec l’Hololens, vous n’êtes pas relié à un ordinateur. Le casque est lui-même un ordinateur holographique. Il fonctionne sur batterie et du coup il n’y a pas de fils à nos pieds qui viennent perturber l’immersion.

Ces grosses lunettes nous permettent en réalité de voir ou d’afficher des objets en 3D, et en mouvement, qui s’incrustent dans le monde réel. On peut ensuite interagir avec eux d’un simple mouvement de doigt, ou bien en utilisant le contrôleur fourni.

Lorsqu’on porte le casque, on se retrouve donc presque au cœur de notre menu Windows 10. On peut ouvrir Skype en hologramme, et laisser la fenêtre contre un mur bien réel. Pour l’instant les applications sont limitées, mais suffisantes pour comprendre ce que nous permettra la version Hololens grand public.

Le confort et le design du casque

Il n’y a pas de fils, c’est donc forcément déjà beaucoup plus confortable, dans le sens où on ne s’inquiète jamais de se prendre les pieds dans les câbles, et on peut se déplacer dans toutes la maisons, ou même en dehors sans risque de perte d’équilibre.

Ce sont finalement de grosses lunettes et rien de plus. Elles sont légèrement lourdes mais moins qu’un casque de réalité virtuelle. L’Hololens se pose sur le haut du crâne, grâce à deux arceaux réglables. C’est bien pensé, ça tient bien et ça ne provoque pas de gênes particulières. Je n’ai pas gardé le casque plus de 20 minutes alors je ne peux pas juger pour une utilisation plus longue, mais je pense que ça ne posera vraiment aucun problème.

À noter que les verres peuvent être avancés ou reculés, et ainsi s’adapter facilement aux différentes morphologies et surtout aux porteurs de lunettes. On apprécie également que le casque ne repose pas sur le nez, personnellement c’est souvent là que je ressens une légère gêne au bout de quelques dizaines de minutes avec un casque VR.

Concernant le design, cette version n’est pas magnifique et je trouve ces lunettes tout de même un peu volumineuses. En même temps, c’est déjà un exploit de faire tenir à l’intérieur d’un si petit format une telle technologie. Les verres sont légèrement fumés mais complètement translucide. On voit parfaitement avec lorsque le casque n’est pas allumé.

Une installation ultra simple

Si le HTC Vive nous démoralise un peu lorsqu’on ouvre la boite et que l’on doit s’atteler à l’installation, il n’y a ici en revanche absolument rien à faire ou presque. La seule chose à faire et de s’assurer que la batterie du casque est chargée, et d’allumer le Hololens. Un menu s’affiche alors en face de vous, derrière les verres de vos lunettes.

Appartement aucune autre action est nécessaire, mais le casque avait était réglé pour moi après avoir mesuré la distance entre mes deux yeux. Il y aura donc peut-être un petit réglage à effectuer à ce niveau-là, mais qui ne prendre que quelques secondes.

Ensuite, il y a deux boutons, un de chaque côté du casque. L’un permet d’ajuster le volume des écouteurs présents, et l’autre de régler l’occlusion visuelle. Il s’agit de rendre les hologrammes plus ou moins visibles. À notre guise on peut rendre ainsi les images holographiques opaques ou translucides, selon les applications que l’on utilise.

Utilisation et performances

date sortie-Microsoft-HoloLens

Lorsque l’Hololens est activé, il faut tout de même ouvrir le menu. Pour ce faire, on place notre main fermée devant nous et on ouvre tous nos doigts d’un coup. Notre menu Windows 10 s’affiche instantanément. On peut ensuite cliquer en pointant l’index, en le levant et le baissant sur une icône pour ouvrir une application.

J’ai pu ouvrir un logiciel qui permet de voir des objets en 3D. C’est en réalité un moyen de concevoir des produits et de les dessiner. J’ai donc décidé de poser un très joli vase virtuel, sur la table bien réelle en face de moi. J’ai immédiatement était surpris par la qualité graphique et surtout par le fait que l’objet soit parfaitement posé et qu’il ne bouge absolument pas. On n’a vraiment pas l’impression qu’il est affiché sur les verres des lunettes. J’ai essayé de bouger la tête rapidement pour le faire glisser ou pour le voir se déplacer, mais il est resté parfaitement ancré sur la table.

On peut s’approcher, s’éloigner et il devient alors plus gros ou plus petit aussi naturellement que dans la réalité. C’est vraiment bluffant. On peut également faire le tour pour l’analyser sous toutes les coutures. Nul doute que pour la réalisation de maquette, ou pour le design d’objet, cette technologie a un potentiel très intéressant.

Les manipulations avec les doigts sont toutefois encore très limitées. On peut cliquer sur l’objet pour le faire disparaître, pour le renommer, le copier, mais on ne peut pas le modifier à notre guise, ni le déplacer facilement. Il faut pour cela utiliser la petite télécommande qui permet de gagner en précision.

La plus grosse déception

Si tout semble parfait, il y a tout de même un gros défaut, qui pour l’instant, ne nous permet pas d’être aussi immergé que le promet la publicité. Les hologrammes ne sont pas visibles sur toutes les lunettes, mais seulement sur une petite fenêtre. On a donc en face de nous un écran de la taille d’une grande TV où il nous est permis d’apercevoir les hologrammes. Très souvent, on ne voit donc qu’une moitié de fenêtre et il faut se tourner bien en face pour la voir complètement.

Les concepteurs de chez Microsoft sont toutefois conscients de ce gros point noir qui vient gâcher la fête, et ils assurent que la fenêtre holographique sera plus étendue. C’est réellement primordial pour une meilleure immersion et pour ne pas avoir l’impression que les images sont affichées sur les lunettes mais ajoutées à la réalité. Pour l’instant il faut scanner tout un mur en tournant la tête pour savoir ce qu’il y a dessus, et les images apparaissent d’un côté et disparaissent de l’autre.

C’est d’autant plus dommage que l’on peut ouvrir en grand des fenêtres pour regarder des films. On pourrait donc avoir l’impression d’être devant un grand rétroprojecteur, mais malheureusement la petite fenêtre de vision ne permet pas de tout voir. C’est vraiment frustrant.

A voir aussi : notre article sur la Playstation VR

Un jeu pour confirmer les qualités et les défauts

J’ai pu jouer quelques trop courtes minutes à Young Conker. C’est un jeu qui nous permet de diriger un petit écureuil, simplement avec le regard, pour le voir sauter dans notre salon ou sur la table de la cuisine. Il faut l’aider à rejoindre d’autres éléments holographiques disséminés aux quatre coins de la pièce. Il saute et il court pour trouver toujours plus de pièces d’or.

C’est simpliste, mais c’est bien fait et ça laisse imaginer de très bons jeux de plateau dans un futur proche. J’aurais bien voulu jouer un peu plus mais je n’étais pas le seul à vouloir essayer. C’est vraiment chouette au niveau des graphismes et de la réactivité, en revanche, là encore la petite fenêtre de vision réduit les possibilité et coupe beaucoup trop l’immersion.

Mon avis sur ce casque Microsoft Hololens

avis-Microsoft-HoloLens

Je n’ai pas pu tester d’application pornoholographique, alors je suis forcément un peu déçu, mais quoi qu’il en soit j’ai vraiment trouvé le Hololens absolument génial. C’est plus agréable que la réalité virtuelle, puisqu’on peut se déplacer à volonté dans toute la maison et on reste dans le monde réel. On peut utiliser son casque pour regarder un film, tout en préparant le repas du jour par exemple.

J’ai vraiment était étonné par la qualité des graphiques qui s’intègrent parfaitement au décor sans bouger. Finalement les objets virtuels ont l’air presque naturels et bien réels. C’est une technologie qui va être forcément très présente dans quelques années, mais je l’espère avec un casque moins grand et peut-être simplement une paire de lunettes discrètes.

La fenêtre holographique est trop étroite, et tous ceux qui ont pu tester ce casque font finalement ce même constat. Si ce défaut est réglé, alors j’économiserai avec plaisir pour me payer ce casque. Espérons que son prix baissera tout de même un peu, car à 3000$, ce casque est encore loin d’être accessible au grand public. La version finale devrait voir le jour en 2019, je l’espère avec quelques améliorations et un prix plus doux.