Réalité virtuelle – L’industrie du porno a trouvé de quoi gagner encore plus !

réalité virtuelle sex chiffre affaires

Vos yeux s’ouvrent : se trouve devant vous une femme magnifique. Elle est légèrement vêtue d’une lingerie de dentelle rouge. Elle vous fait un clin d’oeil d’air gourmande voire carrément coquine … puis lentement s’avance vers vous.

Votre désir monte en flèche et vous commencez à décoller pour le septième ciel. Mais ressaisissez-vous, cette femme n’est pas réelle. C’est une actrice qui a été filmée dans une vidéo à 360 degrés, de manière tellement immersive que vous pourrez à peine faire la différence avec la réalité. Ici la méthode est plutôt simple et d’où que vous soyez, vous pourrez dire bonjour à Madame. Il vous suffit d’enfiler votre casque de réalité virtuelle puis de vous laisser bercer et emporter dans vos fantasmes sexuels les plus fous !

Pour que la réalité virtuelle devienne un business viable, l’Oculus Rift, comme les autres sociétés, comptent beaucoup sur les réalisateurs de films pornographiques ainsi que les développeurs de jeux vidéos et le sport. Selon eux, ce sont ces trois secteurs qui joueront un rôle majeur dans le développement de la réalité virtuelle en attirant les amateurs de nouvelles technologies et en convertissant rapidement les plus sceptiques.

Les chiffres liés au porno

En 2025, on estime que le contenu adulte de sexe en réalité virtuelle aura déjà généré environ 1 milliard de $. Le porno est classé comme étant le troisième plus gros acteur après celui des jeux vidéos (1,4 milliard de dollars) et le contenu lié au sport (1,23 milliard $). De plus les indicateurs nous laissent penser qu’il pourrait, dans quelques années,  venir titiller la seconde place. Selon la banque d’investissement Piper Jaffray, la réalité virtuelle est LA nouvelle innovation qui va révolutionner la “méga technologie” (voir article). L’analyste Gene Munster quant à lui, compare cette innovation avec celle du téléphone mobile il y a maintenant 15 ans.

REVENUS réalité virtuelle par industrie

Selon Gene Munster et Piper Jaffray toujours, la relation entre le film pour adulte et la réalité virtuelle sera probablement bénéfique pour tous. De plus, les ventes de casques de réalité virtuelle, celles des films et des abonnements permettront à l’industrie du sexe de trouver une nouvelle source de revenu !

“Il pourrait révolutionner une industrie qui a stagné pendant de nombreuses années”

Gene Munster

L’industrie du porno prend le pari : De nouvelles avancées technologiques ne pourront qu’influencer les consommateurs à payer pour ces nouvelles techniques innovantes. D’autant plus que le constat est le suivant : les revenus liés aux vidéos X et sites pornographiques ralentissent. (Un taux annualisé de 0,3% à 3,3 milliards $ au cours de la période de cinq ans se terminant en 2015). Pour IBISWorld Market Research, ce constat s’explique par un nombre de piratage de films élevé ainsi que par les nouveaux sites gratuits comme PornHub.

L’investissement sur cette nouvelle technologie est immense. “Les géants de la technologie sont tous en compétition pour sortir le meilleur produit et être le premier à équiper votre salon” à déclaré Jeremy Bailenson, directeur fondateur du centre d’essai de réalité virtuelle à l’Université de Stanford, Virtual Lab de l’interaction humaine, de façon plus générale sur les utilisations de la réalité virtuelle dans le divertissement à Tribeca Film festival en Avril 2015.

Maintenant que la technologie le permet, les créateurs de contenu explorent toutes sortes de pistes et de nouvelles possibilités, que ce soit dans le divertissement, mais aussi dans le sport. En Janvier 2015, Samsung Electronics a annoncé un partenariat avec la NBA pour filmer les coulisses et les images en live afin que le grand public puisse voir à quoi ressemble un match depuis les premières loges. Samsung a également branché David Alpert, le producteur de “Walking Dead” pour développer du contenu captivant sur sa plateforme de vidéo en streaming “Milk“. Plus tôt cette année, Facebook a lancé Story Studio, dirigé par une équipe d’anciens cadres de Pixar et a commencé par un petit cartoon qui a d’ailleurs été nommé aux Festival du film (U.S.).

Mark Zuckerberg qui est à l’origine de l’Oculus Rift avec sa société Oculus VR (filiale de Facebook) ne se vante pas que le sexe utilise la réalité virtuelle pour rendre les vidéos porno plus réaliste. Cependant les plus grands réalisateurs de porno Français, comme ailleurs dans le monde, sont déjà en train de se préparer à l’adoption généralisée de cette technologie.

Les coûts de production d’un film en réalité virtuelle n’ont rien à voir avec ceux des films en deux dimensions que pourrait faire n’importe qui en se filmant avec un smartphone. Cela veut dire que les abonnements risquent d’exploser car les ménages n’auront pas le budget nécessaire pour s’équiper avec tout le matériel dont ils auront besoin pour se filmer dans un format à 360 degrés, le tout dans de bonnes conditions de son et/ou d’images.

VirtualRealPorn est depuis janvier 2014, une société productrice de films pornos en réalité virtuelle. VirtualRealPorn réalise son chiffre d’affaires en vendant des abonnements:

  • 15 jours d’essais pour 5,95 euros,
  • 1 mois pour 15,95 €
  • 3 mois pour 29,95 €
  • 1 an pour 89,95 €.

Les entreprises de l’industrie du porno espèrent pouvoir accroitre considérablement leurs revenus si le sexe en réalité virtuelle plait. En revanche, l’industrie sait qu’elle devra tout faire pour garder un système de paywall en place car ici les frais de tournages vont être plus importants. De plus ils espèrent que le fait de devoir investir au préalable dans un casque de réalité virtuelle ne freinera pas l’achat.

La conquête du marché a incité VirtualRealPorn à construire ses propres caméras pour avoir une meilleure vidéo 360 degrés 3D stéréoscopique. “Il y a beaucoup de choses à changer dans le tir en ce qui concerne les positions des acteurs et actrices, les distances pour les caméras,  les poses, etc.”  a déclaré la porte-parole VirtualRealPorn : Linda Wells.

GoPro Inc. est devenue la première entreprise à essayer de rendre accessible les capacités de production de réalité virtuelle via la vidéo 360° lorsque la marque a annoncé un support en forme de cube en mai. Ce support peut contenir six de ces caméras embarquées. Le film peut être ensuite reconstitué en joignant tous les segments vidéo 360 degrés. Pour cela on peut utiliser la technologie de Kolor, une société de production virtuelle rachetée par GoPro fin Avril 2015.

Ce qui sépare la vidéo en réalité virtuelle de la vidéo traditionnelle et qui rend sa production plus difficile, c’est que la réalité virtuelle est si puissante et immersive qu’elle trompe les gens en leur faisant vraiment penser qu’ils sont pleinement présent dans un monde simulé. Ici aussi l’industrie du porno a pris un peu d’avance et a lancé, en partenariat avec les fabricants de sextoys, des jouets numériquement connectés. Vous avez déjà peut être entendu parler de teledildonics ou cyberdildonics pour synchroniser des vidéos virtuelles avec les mouvements physiques des jouets.

«Nous voyons un intérêt croissant pour la connexion des sex toys avec le porn.

Eddy Olivares, Lovense

Parmi les principaux acteurs de cette industrie il y a Lovense, qui développe des jouets sexuels interactifs depuis 2010, et qui a récemment commencé à investir dans la réalité virtuelle à travers un partenariat avec VirtualRealPorn. Les jouets Lovense, qui peuvent se trouver à moins de 100 $ chacun, sont synchronisés avec l’action qui se passe sur votre écran en temps réel. Les films sont déjà pré-programmées avec les développeurs de logiciels pour synchroniser les jouets avec les contenus en post-production. C’est un peu le même principe que les sous-titres qui sont programmés sur les films afin que le texte sous titré arrive sans décalage, en même temps que le personnage parle.

Lovense a déclaré qu’il avait déjà refusé des offres pour développer des sextoys connectés dans le passé, mais que maintenant, avec le porno en réalité virtuelle, cela offre une toute nouvelle expérience à ces jouets sur lesquels les plus gros acteurs ont déjà investis. D’après Lovesense, la demande initiale était si élevée que la société n’arrivait pas au début à honorer toutes ses commandes. Aujourd’hui la marque a une ligne de sextoys uniquement pour les amateurs de films en réalité virtuelle.

Pour être honnête, nous sommes surpris de la réponse que nous avons obtenu“, a déclaré Eddy Olivares, directeur du marketing à Lovense. “Nous avons pu voir un intérêt grandissant chez les consommateurs à connecter un sextoy avec un film porno. Le marché est très porteur et il y a un joli gâteau à se partager.”

Malgré la prévalence de la pornographie, même les plus grands acteurs d’internet préfèrent ne pas parler de ce sujet tabou. YouTube, Google, Facebook ou encore les magasins d’applications (stores) liées à la fois à Android et IOS bannissent totalement le contenu adulte en l’interdisant. Cependant cela ne stop pas pour autant la prolifération de la pornographie. Des applications sur le sujet ont longtemps été accessibles via d’autres stores et les vidéos peuvent être consultées par les plus grands navigateurs comme Chrome (qui appartient pourtant à Google).

Juniper Research a récemment annoncé cet énorme chiffre : 136 milliards de vidéos classées X ont été regardées uniquement sur l’année 2015. Si on en croit les indicateurs, ce chiffre va monter en flèche pour atteindre les 193 milliards en 2020. À l’échelle mondiale, on estime que chaque utilisateur de téléphone intelligent (smartphone) va regarder en moyenne 348 vidéos à caractère pornographique cette année. La plus forte croissance est prévue aux États-Unis, où le nombre de vidéos vues devrait augmenter de près de 55% en 2020 !

chiffres films x pornographique sexuelles

Les acteurs du terrain de la réalité virtuelle semblent être mieux disposés à l’accueillir. Plus tôt cette année, le fondateur de l’ Oculus : Palmer Luckey a laissé entendre lors d’une conférence que le contenu classé X ne serait pas interdit par la technologie Oculus. Il a ensuite souligné le fait que l’Oculus Rift est une plate-forme ouverte et ce pour tous les contenus de logiciels. Depuis que Facebook a racheté l’Oculus, les conditions de tolérance liées à la nudité sont maintenant nuls. Les applications explicites seront probablement donc interdites sur la boutique officielle Oculus. Cependant il y aura toujours possibilité d’accéder à ces apps par d’autres moyens !

Mais comme les entreprises de pornographie investissent plus d’argent dans la réalité virtuelle, les militants affirment qu’ils le font au détriment des artistes de l’industrie.

Cela montre que l’industrie pornographique n’en a rien à foutre des humains. La seule chose dont ils se soucient est le résultat financier

Cameron Adams

Voici ce qu’a déclaré Cameron Adams, une ancienne actrice qui était mieux connue sous le nom de scène de Cameron Bay (et qui a fait couler beaucoup d’encre dans la presse en 2013 en étant testée séropositive). Depuis cette histoire elle est une fervente militante de l’association à but non lucratif AntiPornography.org qui dénonce les dommages causés par l’industrie de la pornographie.

Si les entreprises pornographiques ont le budget nécessaire pour investir sur les nouvelles technologies, alors ils devraient le faire” c’est ce que Cameron Adams (Cameron Bay) a déclaré. En ajoutant qu’une partie de l’argent récolté devra être réinvesti, soit dans la protection des artistes en fournissant des soins pour ceux qui contractent des maladies sexuellement transmissibles, soit en finançant des campagnes de prévention pour faire porter des préservatifs aux acteurs lors des tournages. Selon l’ancienne pornstar, c’est honteux que ce budget ne soit pas déjà en place. Surtout lorsque l’on connait les chiffres impressionnants qui sont investis sur la réalité virtuelle et le 360°.

Certains ont même peur que la technologie soit tellement immersive et bien faite que l’abus de sexe en réalité augmentée avec des sextoys connectés, comme le teledildonics, puisse causer des problèmes de santé mentale et physique chez les utilisateurs. Pour les psychologues, cette solution est possible mais n’est pas vraiment fondée. Les mêmes propos avaient d’ailleurs été tenus à propos des jeux vidéos. Or on sait très bien maintenant que non, les jeux vidéos ne rendent pas fou, voire même au contraire !

En revanche les psychologues qui ont tentés l’expérience ont trouvés la sensation tellement intense qu’ils ont émis l’idée que “à usage fréquent et régulier, il se peut que certaines personnes soient plus excitées par une partie de jambe en l’air en réalité virtuelle que par une vraie relation sexuelle IRL”. Pour la thérapeute Alyssa Friedman-Yan, c’est déjà commun que certains patients viennent consulter car ils ont une dépendance aux films pornographiques que peut offrir internet.

Comme l’alcool, le café, le chocolat, les sensations extrêmes et toutes les choses que l’on aime, le porno aussi peut donc être néfaste si on l’utilise de façon trop excessive !

Si on prend les dires de Nicole Prause par exemple qui est professeure à l’UCLA et étudie les comportements sexuels et le désir sexuel, cette nouvelle technologie peut aussi très bien être utilisée à des fin thérapeutique. Elle a d’ailleurs listé plusieurs exemples dans une interview qu’elle a faite.

Pour finir, on pense que les propos du psychothérapeute et sexologue Michael Aaron sont adaptés : “Le porno a toujours été un pionnier dans l’adoption de nouvelles technologies». Je pense que la pornographie, qu’elle soit virtuelle ou non est comme toute chose qui est bonne : elle vient aussi avec ses inconvénients.”

(revenir sur la home)

(source)